Madame, Monsieur,
Chers amis de la Droite forte,

Notre pays a connu l’horreur du terrorisme vendredi soir à Paris et à Saint-Denis. Toutes nos pensées vont aux victimes tuées ou blessées dans cette tragédie, ainsi qu’à leurs familles et à leurs proches.

La France est en guerre. François Hollande et les socialistes l’ont enfin reconnu. A la Droite forte, cela fait des années que nous alertons sur les risques qui menacent notre pays.

Ces menaces sont à la fois intérieures et extérieures. Et pour gagner cette guerre, tous les moyens devront être réunis pour faire triompher nos valeurs et pour faire gagner la France.

Le président de la République a réuni le Congrès lundi pour confirmer certaines annonces : la prolongation de l’état d’urgence, la déchéance de la nationalité française pour un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un acte de terrorisme, l’interdiction pour un binational de revenir sur notre territoire s’il représente un risque terroriste, l’expulsion plus rapide des étrangers qui représentent une menace d’une particulière gravité pour la sécurité de la Nation ou encore la dissolution des associations ou groupements qui provoquent la haine ou incitent aux actes terroristes ainsi que des imams étrangers radicaux.

Ces mesures sont de bonnes mesures que nous soutenons. Cela fait des mois, voire des années, que la Droite forte et les Républicains les réclament.

Alors qu’après les attentats du mois de janvier, nous étions attaqués et critiqués par la gauche en avançant ces propositions ou en voulant établir un Schengen 2 pour sécuriser notre territoire, nos idées sont reprises.

C’est une salutaire évolution mais cela n’enlèvera pas leur aveuglement idéologique des mois passés et met au contraire pleinement en lumière leur sectarisme et leur irresponsabilité : que de temps perdu depuis le mois de janvier dernier !

Aujourd’hui, nous ne voulons pas polémiquer davantage. Nous voulons proposer de nouvelles mesures qui nous paraissent indispensables pour renforcer la sécurité des Français et tout faire pour que de nouveaux attentats ne se produisent pas.

Nicolas Sarkozy a d’ores et déjà formulé de nouvelles propositions que la Droite forte soutient. Nous demandons au gouvernement que les personnes sur le fichier S, pour radicalisation notamment, puissent être assignées à résidence, le temps que les forces de sécurité aient pu évaluer la dangerosité de ces personnes.

Nous souhaitons le développement de centres de déradicalisation. Nous voulons profiter de l’état d’urgence pour mener une vaste opération dont le but consisterait à éradiquer le trafic d’armes et les trafics de drogues qui gangrènent certains quartiers de notre pays. Par ailleurs, toute personne qui consulte les sites djihadistes doit être considérée comme djihadiste et poursuivie comme tel.

Enfin, c’est notre politique européenne et étrangère qui doit être revue, notamment nos relations avec la Russie pour anéantir l’Etat islamique.

La France a perdu beaucoup trop de temps et a commis trop d’erreurs. Dans l’immédiat, l’heure est à la mobilisation générale face à nos ennemis. C’est le sens du devoir et la mémoire de toutes les victimes qui doivent guider notre action.

Nous tenons à ajouter que, plus que jamais, nous sommes fiers d’être Français.

Un vent de patriotisme s’est levé depuis vendredi. Nous aurions préféré que la fierté d’être Français n’attende pas des attentats pour être portée. Mais ce qui importe, c’est l’unité, c’est l’action, c’est la France !

Avec tout notre engagement.

Guillaume PELTIER

Président de la Droite forte