Les républicains dénoncent la dictature syndicaliste de la CGT

Les faits — Le porte-parole du parti Les Républicains, Guillaume Peltier, livre ses propositions pour les cent premiers jours de la droite au pouvoir en cas de victoire à la présidentielle de 2017.

guillaume_peltier_pays_sipaGuillaume Peltier a déjà son programme pour la droite. Idées, réformes, lois, propositions, projet, budget, le porte-parole du parti Les Républicains publie sa vision de la France sur le site Lescentjours.fr. Un programme qu’il souhaite soumettre aux candidats de la primaire de la droite. Ces idées ont été dévoilées en exclusivité par le Figaro magazine. Elles sont le fruit de neuf mois de réflexion avec plus de 80 experts.

« La condition pour réussir l’alternance idéale en 2017 repose sur deux idées simples : le courage et la crédibilité », affirme Guillaume Peltier. En mai, le porte-parole du parti dirigé par Nicolas Sarkozy souhaite la rédaction d’un projet de loi pour la France des entrepreneurs et des travailleurs avec, entre autres, la suppression du compte de pénibilité, une égalité salariale entre les hommes et les femmes, un intéressement obligatoire aux bénéfices pour les travailleurs sur la base d’un euro pour l’actionnaire égal à un euro pour le salarié. En mai toujours, Guillaume Peltier prévoit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux (y compris territorial), la dégressivité des allocations-chômage ou encore la suppression des parachutes dorés. Ce mois pourrait aussi être celui des États généraux du patriotisme économique français organisés dans chaque région. Mai pourrait se terminer par la création de 30 000 places de prison, une perpétuité réelle pour les terroristes ou encore le rétablissement des peines planchers pour tous les récidivistes.

Un plan Alzheimer. Pour le mois de juin, le président LR du Loir-et-Cher propose un projet de loi pour la France des oubliés (plan santé dans le monde rural, priorité au tourisme rural, plan Alzheimer, etc) et un sommet extraordinaire européen à l’initiative de la France avec à l’ordre du jour, par exemple, le refus de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, le rétablissement des contrôles aux frontières, la suspension de la directive sur les travailleurs détachés, etc. En juin toujours, Guillaume Peltier propose un projet de loi pour une France unie et fière ainsi qu’un autre pour une France de l’ordre juste. À la fin du deuxième mois de mandat, la première visite d’État du président pourrait se faire à Moscou.

Le début du mois de juillet sera consacré à la laïcité avec la signature d’une charte républicaine des mosquées, une révision de l’article 1er de la Constitution qui deviendrait : « La France est une république laïque, indivisible, de culture judéo-chrétienne, démocratique et sociale ». Il envisage également de soumettre un référendum pour une France exemplaire en posant dix questions aux Français (interdiction du syndicalisme politique dans la magistrature, le cumul strict d’un mandat national et d’un mandat local, etc.) Le même mois, Guillaume Peltier inscrit à l’agenda un conseil des ministres autour de la France du mérite et des talents.

Enfin, pour clore les 100 premiers jours de présidence, il annonce la tenue d’un sommet international de Paris pour une nouvelle diplomatie française le 26 août. Du côté du budget, Guillaume Peltier annonce « la baisse de la dette et des déficits publics tout comme le financement des mesures sont portés par une réduction des dépenses publiques inédite dans son ampleur de l’ordre de 100 milliards d’euros sur cinq ans ».

Je soutiens et je fais un don