portrait GP

Soutien de Nicolas Sarkozy lors de la primaire, le co-fondateur de la Droite forte Guillaume Peltier revient pour Atlantico sur les défis qu’il entend désormais relever avec François Fillon. Avec la ferme intention de continuer à faire peser les idées de son mouvement dans le débat politique.

 

Atlantico : Au soir de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, vous avez déclaré – alors que vous souteniez Nicolas Sarkozy – que ce résultat était la victoire de votre « ligne politique ». Finalement, qu’est-ce qui différenciait Nicolas Sarkozy de François Fillon pendant cette primaire ?

Guillaume Peltier : Tous deux proposaient par exemple un choc pour réduire la dépense publique, mais avec des méthodes différentes. Mais sur l’essentiel, le rétablissement de l’autorité de l’Etat, le rééquilibrage de notre politique étrangère avec la Russie, la fermeté sur l’islam, le besoin de liberté à l’intérieur (pour le travail) et de protection à l’extérieur (face à la mondialisation), les grandes lignes politiques se ressemblaient. La ligne politique qui l’a largement emporté le 27 novembre dernier, c’est la ligne d’une droite courageuse et fière qui assume ses valeurs.

Ce qui est peu étonnant, vous en conviendrez, pour deux personnalités de la même famille politique et qui ont formé le temps d’un quinquennat le couple exécutif de la France. Une stabilité que l’on regrette par les temps qui courent…

Pourquoi avoir choisi de soutenir le premier et non le second ?

Guillaume Peltier : J’ai soutenu Nicolas Sarkozy, par loyauté et avec conviction, car son énergie et son expérience me semblaient utiles pour mener les réformes structurelles dont notre pays a tant besoin et pour faire entendre la voix de la France en Europe et dans le monde. Une voix de la France devenue inaudible dans ce quinquennat de la déliquescence qui s’achève avec la fin de règne de François Hollande. Maintenant, la primaire est derrière nous, et nous sommes tous rassemblés autour de François Fillon pour faire gagner l’alternance forte et franche que les Français attendent. J’apprécie l’authenticité, la force de caractère et la constance des convictions de François Fillon.

Lire la suite de l’interview sur le site d’Atlantico