GA
Gil Avérous est Maire de Châteauroux et Président de Châteauroux Métropole depuis 2014.

Passionné par le digital, il est nommé Secrétaire national des Républicains en charge de l’Économie numérique par Nicolas Sarkozy en 2015.

François Fillon vient d’intégrer Gil Avérous dans son équipe de campagne pour l’élection présidentielle et l’a chargé de s’occuper des questions liées au numérique.

 

1/ Quels sont les enjeux spécifiques du secteur du numérique ? 

Le numérique pèse plus de 5,5 % du PIB en France, soit plus que les secteurs financier, énergétique ou encore l’agriculture.

Les études montrent que cela a permis de créer en France plus de 700 000 nouveaux emplois en 15 ans, sans compter les emplois indirects et induits.

Le premier enjeu est culturel. Il faut que les Français, mais surtout les dirigeants politiques, comprennent que le numérique n’est pas l’avenir, mais bel est bien le présent. Soit on prend en main cette nouvelle révolution industrielle, soit on regarde les autres pays prendre le train sans nous. Pour cela il faut investir dans les infrastructures, encourager les entreprises, les industries et nos agriculteurs à se lancer dans la transition numérique et moderniser nos administrations. Surtout, il faut comprendre que les startups aujourd’hui ne fonctionnent pas comme les entreprises d’hier, on ne peut pas imposer un cadre rigide unique.

2/ La France est-elle suffisamment en pointe ?   

GA pupitreLa France a d’innombrables atouts : les Français ont un accès à Internet à domicile plus important que la moyenne européenne, nous avons des entrepreneurs innovants de grand talent, que les plus grandes entreprises du monde s’arrachent (avec 238 exposants dont 172 startups, la France était la 3e délégation la plus importantes au CES de Las Vegas, le plus grand salon mondial du numérique et de l’innovation, juste derrière les USA et la Chine). La France est le pays qui compte le plus de bornes wifi gratuit au monde et est 2e d’Europe pour le chiffre d’affaires du e-commerce.

Néanmoins, nos concurrents rattrapent leur retard et la France stagne, voire recule sur certains critères, comme le débit moyen d’Internet dans notre pays.

Concernant la cyber-sécurité, et il suffit de regarder ce qu’il se passe dans le monde pour comprendre l’ampleur du phénomène, il y a encore du travail pour que la France soit à la hauteur et puisse protéger ses intérêts.

3/ Quelles sont les priorités ou les mesures que vous allez défendre avec François Fillon ?

La priorité absolue est d’accélérer la mise en place du très haut débit partout en France. La fibre n’est plus un luxe ou une chance, mais une nécessité pour chaque entreprise et chaque logement de notre territoire. Il en est de même pour la couverture en téléphonie. Il faut équiper au plus vite les zones blanches et grises et assurer la transition de la 4G à la 5G.

GA GPJe défendrai l’immense besoin de stabilité réglementaire et fiscale pour nos startups et que nous avancions sur l’harmonisation fiscale à l’échelle européenne. L’État doit encourager ses entrepreneurs, pas les freiner. Il s’agit bien souvent de jeunes qui prennent des risques, sans filet, pour créer des emplois et de la richesse. Encourageons-les !

Enfin, nos armées et notre renseignement, en l’occurrence notre renseignement intérieur, doivent voir leurs moyens techniques augmenter. Je défends la création d’une nouvelle branche militaire : une cyber-armée. Soit nous laissons les autre pays nous attaquer, soit nous leur montrons que nous sommes au moins aussi puissant qu’eux sur ce nouveau terrain.