Menu Fermer

7 jours glissants : explication de jour glissant et de l’expression

On peut bien avoir de l’argent sur son compte et pourtant voir sa carte refusée pour un retrait ou auprès d’un commerçant. Quand cela arrive, la carte bleue refuse de fonctionner et donc généralement l’opération est refusée. Pour comprendre cette situation, il est important de bien cerner ce que c’est que les jours glissants. C’est une expression qui fait partir du jargon bancaire et dont la compréhension permet de savoir comment se définissent les plafonds de retraits et de paiements sur une carte bancaire.

Il faut d’ores et déjà comprendre que pour optimiser la gestion des comptes, les banques n’autorisent pas les clients à vider leurs comptes en un seul retrait. C’est un principe qui protège le particulier, mais qui peut aussi devenir une contrainte quand on a besoin d’argent ou d’effectuer une opération.

Que faut-il comprendre par le terme : jours glissants ?

Comprendre la notion de jours glissants implique de ne pas s’attacher des idées reçues. En effet, de nombreux clients pensent, lorsqu’on parle des plafonds, qu’il faut considérer la semaine allant du lundi au dimanche. Or, dans le secteur bancaire, les plafonds fonctionnent en jours glissants ; c’est-à-dire que pour déterminer la semaine, la carte va considérer le jour suivant la première opération. Si on considère une carte bancaire ayant un plafond de 7 jours glissants et dont la première opération est intervenue un mercredi, il faudra considérer que la semaine se comptera du jeudi suivant au mercredi d’après et ainsi de suite. De ce fait, chaque fois que le titulaire atteint son plafond, il doit patienter et attendre le jeudi suivant.

Ces plafonds sont-ils fixes ?

Bien souvent et même lorsqu’on fonctionne sur la logique des 7 jours glissants, le plafond imposé pour les retraits n’est jamais le même que le plafond pour les paiements. En général, le plafond des paiements est plus élevé. Ces plafonds ne sont cependant pas définitifs. Il est toujours possible de négocier avec son banquier pour avoir momentanément une flexibilité dans l’application du principe. Toutefois, cette flexibilité peut engendrer des frais bancaires. C’est pour cela que certains clients préfèrent fonctionner en mois glissant.

Existe-t-il un plafond en mois glissant ?

Ainsi qu’il existe le principe des 7 jours glissants, il est possible d’utiliser sa carte bancaire en mois glissant. La différence dans ce cas, c’est que le client a des plafonds pour ses opérations mensuelles. Au lieu de compter 7 jours glissants, il faut plutôt tenir compte du mois et compter à partir du jour après celui de la première opération.

Comment est fixé le plafond d’une carte bancaire ?

Toutes ces questions sur les plafonds peuvent légitimement amener à se demander comment ils sont fixés. Est-ce le client qui définit son plafond de paiement ou de retrait ? Selon la règle générale, c’est la banque qui fixe les plafonds. Même lorsque le compte est suffisamment approvisionné, une fois que le plafond est atteint sur la période des 7 jours glissants, les opérations deviennent impossibles temporairement. Les plafonds varient cependant d’une banque à une autre.

  • Pour 7 jours glissants, le plafond de retrait est de 310 euros chez Boursorama ;
  • Pour 7 jours glissants également, le plafond de retrait est de 500 euros chez Hello Bank ;
  • Monabanq propose un plafond de retrait de 300 euros pour 7 jours glissants.

Ce sont là, les plafonds fixés par quelques banques en ligne. Ce n’est donc pas l’entreprise émettrice des cartes bancaires qui définit les plafonds.

Qu’en est-il des cartes bancaires haut de gamme ?

Lorsqu’on dispose des cartes bancaires haut de gamme, on a forcément un gros avantage sur les plafonds. En effet, qu’il s’agisse de 7 jours glissants ou de mois glissant, les plafonds sont souvent beaucoup plus élevés. Par exemple, pour une carte haut de gamme, Boursorama propose un plafond de retrait de 920 euros pour 7 jours glissants. Chez Fortuneo, le plafond de retrait est à 1000 euros tandis qu’il est de 800 euros chez ING Direct.

Comment ça se passe à l’international ?

Lorsqu’on est en mobilité, les plafonds des cartes bancaires ne varient généralement pas. Cependant, le client a la possibilité, qu’il soit dans le système des 7 jours glissants ou du mois glissant, de demander une surévaluation temporaire de son plafond de retrait ou de paiement.

Comment éviter le blocage de sa carte bancaire ?

La conséquence principale des jours glissants, c’est le blocage de son compte bancaire et donc l’impossibilité de faire des opérations. C’est une chose à éviter au maximum, car on peut se retrouver devant des urgences et contacter son banquier peut faire perdre du temps. La meilleure solution, c’est de connaître ses jours glissants et surtout son plafond de retrait et son plafond de paiement. Cela permet en effet de mieux contrôler ses dépenses. Par contre, lorsqu’on tombe dans des périodes de grosses dépenses, il faut simplement personnaliser son plafond en contactant son banquier. Celui-ci peut autoriser une élévation temporaire des plafonds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *