La BCE au secours de la zone euro

bce zone euro

La Banque centrale européenne (BCE) a augmenté son programme d’aide d’un montant de 600 milliards d’euros pour le porter à 1 350 milliards d’euros. Ce nouveau montant vient s’ajouter aux efforts déployés en 2020 et 2021 en Europe et dans le monde afin d’aider l’économie à sortir de la crise brutale provoquée par l’épidémie de coronavirus.

Impact du coronavirus sur la zone euro et le CAC 40

Le marché de la zone euro a été sévèrement touché en 2020 par la pandémie et les mesures de confinement associées. Avec le récent assouplissement de ces mesures, la levée des restrictions dans certains pays européens et les nombreuses campagnes de vaccination, nous pourrions assister à un rebond de l’économie durant l’année 2021. C’est notamment le cas pour la France et les grandes entreprises du CAC 40.

Le Covid-19 a en effet affecté l’ensemble de l’économie française et a eu des conséquences désastreuses. Ce n’est pas la première fois que l’on voit le CAC 40 chuter ou monter de manière aussi brusque. Ce dernier est influencé par de nombreux facteurs, qu’ils soient économiques, politiques ou qu’il s’agisse des crises imprévues comme c’est le cas avec le Covid-19. La même chose est arrivée en 2001 suite à l’explosion de la bulle Internet, et on se souvient que ce climat d’incertitude avait duré pendant deux ans.

En France, on constate que l’incertitude économique s’est accrue plus brusquement que les inquiétudes liées au niveau de risque posé par le coronavirus. Les principales entreprises opérant en France dont les activités ont été considérablement affectées par la pandémie sont les suivantes : AXA Group, Air France-KLM Group, Auchan Retail, Christian Dior SE, ENGIE Group, Total SA, Saint-Gobain SA, Schneider Electric SE, et Sanofi SA. Ces entreprises peuvent toutefois compter sur l’aide du gouvernement et de la BCE. La Commission européenne a annoncé qu’elle approuvait le plan de la France visant à garantir jusqu’à 350 milliards de dollars d’aides publiques pour alléger les difficultés dues à la situation sanitaire.

La Banque centrale européenne renforce son programme de soutien d’urgence

bce eu

Les mesures annoncées par la BCE visent à maintenir un flux de crédits abordables pour les entreprises dans un contexte d’incertitude quant à la rapidité de la reprise après l’assouplissement des mesures de confinement en Europe.

Ces mesures de relance viennent s’ajouter aux dépenses supplémentaires des gouvernements et aux efforts similaires de la Réserve fédérale américaine, de la Banque d’Angleterre, de la Banque du Japon et d’autres organismes dans le monde entier, alors que celui-ci doit faire face à une crise sévère et simultanée des économies des pays riches et émergents.

Mme Lagarde, présidente de la BCE, a cependant prévenu que même si les mesures de restrictions sont assouplies, un rebond significatif n’était pas encore en vue. « Lorsque les effets de la pandémie s’estomperont […] cela contribuera à une accélération graduelle de l’inflation à moyen terme, » a-t-elle déclaré. Dans le cadre de son programme de soutien, la BCE compte acheter des obligations d’entreprises et d’État et d’autres actifs financiers aux banques, en payant avec de l’argent nouvellement créé. Cela contribuera à faire baisser les taux d’intérêt à long terme, empêchant ainsi la crise d’assécher le financement nécessaire aux emprunteurs.

La BCE, à l’image de beaucoup d’autres banques centrales, vient encore une fois sauver les entreprises françaises et européennes d’un naufrage assuré. Ces aides, ajoutées à celles des gouvernements, parviennent pour l’instant à rassurer l’économie européenne. Il faudra cependant des efforts constants et du temps avant que l’on puisse constater un réel rebond des marchés.

Laisser un commentaire